Histoire

Né d'une école de chant établie dès 1813 sous l'Empire napoléonien à Bruxelles, puis d'une École Royale de Musique instituée en 1826 par Guillaume Ier des Pays-Bas, le Conservatoire royal de Bruxelles date officiellement de 1832. Dispensant un enseignement de niveau universitaire dans les domaines de la musique et du théâtre, il acquiert ses lettres de noblesse entre autres grâce à l'envergure internationale de directeurs successifs tels que François-Joseph Fétis, François-Auguste Gevaert, Edgar Tinel ou Joseph Jongen.


Destinée à former des élèves pour le théâtre lyrique – alors très en vogue –, l'école de chant établie à Bruxelles dès 1813 offre des classes de chant et de solfège. Connaissant un succès appréciable, elle se développe rapidement par l'ajout de différentes classes d'instruments et devient, en 1826 et sous l'impulsion du Gouvernement des Pays-Bas, l'École royale de Musique. Alors que la révolution de 1830 vient interrompre les activités de l'École royale, obligeant les représentants de la Ville de Bruxelles à fermer provisoirement l'établissement en 1831, ses activités reprennent en 1832 sous le nom de "Conservatoire royal de Musique de Bruxelles". La commission de surveillance, désignée pour administrer celui-ci, nomme le musicographe et pédagogue montois François-Joseph Fétis (1833-1871) à la tête de la nouvelle institution. Elève, puis professeur et bibliothécaire du Conservatoire de Paris, il ambitionne de donner à la jeune école belge un rayonnement similaire, notamment par la constitution d'un corps professoral éminent et par le développement d'un orchestre composé de professeurs et d'élèves du Conservatoire, dédié à la découverte et l'interprétation de la musique ancienne.

Son successeur, François-Auguste Gevaert (1871-1908), par son érudition musicologique et ses dons d'organisateur, accroît encore davantage le prestige de l'établissement : de nouveaux cours et des bourses d'études sont institués, le bâtiment actuel construit et un musée des instruments créé. Sous son impulsion, les concerts du Conservatoire, désormais ouverts aux compositeurs internationaux et contemporains, acquièrent un prestige inégalé.

Le troisième directeur, Edgar Tinel (1908-1912), donne un nouvel essor à l'enseignement théorique et crée le cours d'art lyrique, tandis que Léon Du Bois (1912-1925), malgré les années difficiles de la guerre et de l'après-guerre, réussit à maintenir le niveau très élevé des études et à instaurer un cours d'histoire de la musique. Joseph Jongen (1925-1939) achève de conférer aux cours du Conservatoire le caractère que nous leur connaissons aujourd'hui. Son frère Léon Jongen (1939-1949) lui succède, suivi par Marcel Poot (1949-1966).

C'est en 1966 que l'institution est scindée en deux unités linguistiques, ayant chacune à sa tête un directeur, Camille Schmit (1966-1973) pour la partie francophone et Kamiel D'Hooge (1967-1994) pour la partie néerlandophone, suscitant le dédoublement de l'administration ainsi que des cours théoriques et pratiques. Peu après, les deux écoles sont complètement scindées et acquiérent chacune un statut autonome au sein de leur propre entité fédérée.

En 1988, un département jazz est créé.
En 2001, le Conservatoire royal de Bruxelles s'adapte aux standards européeens et délivre des licences dans ses deux domaines, musique et théâtre.
En 2003, l'actuel directeur Frédéric de Roos prend ses fonctions.
Un an plus tard, conformement à la réforme de Bologne, le Conservatoire royal de Bruxelles délivre des diplômes de Master. Cette formation artistique du plus haut niveau est aussi soutenue par une formation générale de niveau universitaire.

Depuis 2009, le Conservatoire royal de Bruxelles est associé avec La Cambre, école nationale supérieure des arts visuels, et l'INSAS, institut national supérieur des arts du spectacle, au sein d'ARTes, une plateforme de trois écoles supérieures des arts de la Fédération Wallonie-Bruxelles, toutes de retentissement international et sises à Bruxelles et qui, ensemble, proposent un accès aux études dans tous les domaines artistiques organisés.
 


Une brève histoire du temps au Conservatoire...

1832

février

  • Arrêté royal instituant le Conservatoire royal de musique de Bruxelles

juillet

  • Nomination des huit premiers professeurs (solfège, piano, violoncelle, contrebasse, flûte, clarinette, basson, cor)

1833

avril

  • François-Joseph Fétis (1784-1871) directeur et professeur de composition

octobre

  • Les cours débutent, dans l’ancien Hôtel des Finances, rue de l’Impératrice ; 73 élèves sont inscrits

1834

février

  • Création d’un cours le langue italienne pour chanteurs, confié au guitariste italien Marco Aurelio Zani de Ferranti (1801-1878)

août

  • Création de la classe d’ensemble pour instruments à cordes, confiée au professeur de violon Nicolas-Lambert Wéry (1790-1867)

janvier

  • À la fin de l’année, le Conservatoire s’installe dans des locaux provisoires, au 15 de la rue Bodenbroeck (Petit Sablon)

1835

juillet

  • Présentation du premier catalogue (manuscrit) de la bibliothèque, rédigé par Gloden, secrétaire-bibliothécaire adjoint ; ce catalogue comprend 575 numéros

1836

octobre

  • Création de la classe d’orgue, confiée à Fétis

1838

février

  • Rénovation de l’enseignement du chant : Jean Géraldy (1808-1869) professeur titulaire et Jules de Glimes (1814-1881) professeur suppléant

1840

octobre

  • Création de la classe de chant d’ensemble, confiée à François Lintermans

1843

janvier

  • Création d’un cours spécial de perfectionnement de violon, confié à Charles-Auguste de Bériot (1802-1870)

1844

janvier

  • Création de la classe de déclamation lyrique et dramatique, confiée à Mira

1847

janvier

  • Le Conservatoire quitte la rue Bodenbroeck pour hôtel de Croÿ, (ancien hôtel de Tour et Taxis), 2, rue de l’Arbre, au Petit Sablon

1848

avril

  • Marie Pleyel-Moke (1811-1875) professeur de piano (jeunes filles) et Adrien-François Servais (1807-1866) professeur de violoncelle

1849

mars

  • Jacques-Nicolas Lemmens (1823-1881) professeur d’orgue

1852

novembre

  • Création d’une classe de musique de chambre avec piano, confiée à Jacques Steveniers (1820-1899)

1856

janvier

  • Jean-Baptiste Grognier dit Quélus (1813-1883) professeur de déclamation parlée et lyrique

1859

janvier

  • Création de la classe d’harmonium, confiée à l’organiste aveugle Charles-Victor Dubois (1832-1869)

1860

juillet

  • Création d’un cours d’accompagnement et de basse chiffrée (ancêtre du cours d’harmonie pratique), confié à Adolphe Samuel (1824-1898)

1867

février

  • Création d’une classe de saxophone, attribuée à Nazaire Beeckman (1822-1900)

1871

mars

  • Mort de Fétis. Le 2 avril, François-Auguste Gevaert (1828-1908) lui succède

septembre

  • Henri Vieuxtemps (1820-1881) succède à Charles-Auguste de Bériot à la classe de perfectionnement de violon

1872

janvier

  • Ferdinand Kufferath (1818-1896) professeur de contrepoint et fugue

1874

décembre

  • Henri Wieniawski (1835-1880) succède à Vieuxtemps à la classe de perfectionnement de violon ; on lui confie également la classe nouvellement créée de quatuor à cordes

1875

novembre

  • Création d’une classe de gymnastique et de callisthénie, confiée au chorégraphe Lucien Petipa, frère du célèbre maître des ballets impériaux à Saint-Pétersbourg

1876

février

  • Inauguration, par la famille royale, du nouveau bâtiment et de la salle de concert de la rue de la Régence

1877

février

  • Victor Mahillon (1841-1924) est nommé conservateur (sans traitement) du Musée instrumental

1879

janvier

  • Le Musée instrumental fait l’acquisition de la collection Tolbecque, qui comprend le célèbre Componium (1821) de Nicolaus Winckel

1882

février

  • Jenö Hubay (1858-1937) professeur de violon

juin

  • Création d’une classe de musique de chambre pour instruments à archet, confiée à Alexandre Cornélis (1848- 1917)

juillet

  • Alphonse Vermandèle (1852-1914) professeur de déclamation, de maintien et de mimique théâtrale

1884

octobre

  • Création de la classe de harpe, confiée à Adélaïde Régis

1886

juillet

  • Eugène Ysaÿe (1858-1931) professeur de violon

1887

août

  • Guillaume Guidé (1859-1917) professeur de hautbois

décembre

  • Arthur De Greef (1862-1940) professeur de piano

1894

septembre

  • Alfred Wotquenne (1867-1939) bibliothécaire

1896

septembre

  • Edgar Tinel (1877-1912) professeur de contrepoint et fugue

1897

octobre

  • Alfred Wotquenne secrétaire et préfet des études

1904

avril

  • Création d’une classe spéciale de harpe chromatique, confiée à Jean Risler (1865-1932)

1908

janvier

  • Le comte Louis Cavens offre au Musée instrumental la collection d’instruments des anciens Pays-Bas réunie par le notaire renaisien César Snoeck (1834-1898)

1909

janvier

  • Edgar Tinel (1854-1912) succède à François-Auguste Gevaert comme directeur
  • Création de la classe d’art lyrique, confiée à Ernest Van Dyck (1861-1923)

1912

avril

  • Création du cours d’histoire élémentaire de la musique et de culture artistique générale, confié à Ernest Closson (1870-1950)

octobre

  • Décès du directeur Edgar Tinel. Il sera remplacé le 25 novembre par Léon Du Bois (1859-1935)

1914

janvier

  • Pendant la période de guerre (1914-1918), les cours continuent à être donnés, non sans difficultés, à cause du manque de personnel (beaucoup de professeurs ont choisi l’exil en Angleterre),
  • de la désorganisation des transports en commun et du manque de combustible : Ils seront suspendus pendant l’hiver

1919

septembre

  • Charles Vanden Borren (1874-1966) bibliothécaire

1920

août

  • Joseph Jongen (1873-1953) professeur de contrepoint et fugue

1923

décembre

  • Laurent Swolfs (1878-1954) professeur d’art lyrique

1924

août

  • Ernest Closson (1870-1950) succède à Victor Mahillon comme conservateur du Musée instrumental

1925

octobre

  • Joseph Jongen (1873-1953) succède à Léon Du Bois comme directeur. Joseph Jongen refuse d’occuper la maison de fonction de son prédécesseur, qui abritera dorénavant les collections du Musée instrumental

1928

mars

  • Création d’une classe de perfectionnement de chant, confiée à Lina Falk

1929

janvier

  • L’ancienne bibliothèque musicale de la collégiale des SS. Michel et Gudule est achetée par le Conservatoire pour la bibliothèque

1932

juillet

  • Arrêté royal accordant la personnalité civile au Conservatoire

1933

août

  • Léon Jongen (1884-1969) professeur de fugue

1939

août

  • Léon Jongen (1884-1969) succède à son frère Joseph comme directeur

octobre

  • Henry Sarly (1883-1954) professeur d’harmonie

1941

octobre

  • Arthur Grumiaux (1921-1986) chargé de cours de violon

1942

décembre

  • Carlo Van Neste (1914-1992) professeur de violon

1945

janvier

  • Les collections mozartiennes du Docteur Hollenfeltz sont déposées à la Bibliothèque

1946

janvier

  • René Vanderhaeghe dit René Lyr (1887-1957) succède à Hermann Closson comme conservateur du Musée instrumental

1947

mai

  • André Gertler (1907-1998) professeur de violon

1949

février

  • André Souris (1899-1970) professeur d’harmonie

avril

  • Marcel Poot (1901-1988) succède à Léon Jongen comme directeur

1962

janvier

  • Le Musée instrumental est complètement réaménagé

octobre

  • La nouvelle bibliothèque du Conservatoire est inaugurée et ouverte au public

1965

octobre

  • Création du cours de guitare, confié à Nicolas Perez-Fernandez dit Alfonso (1913-2001)

1966

septembre

  • Camille Schmit (1908-1976) remplace Marcel Poot comme directeur.
  • Création de la section de langue néerlandaise

1969

octobre

  • Création du cours de clavecin, confié à Charles Koenig (1923-1992)

1971

janvier

  • Claude De Backer dit Claude Etienne (1907-1992) professeur d’art dramatique

octobre

  • Création d’une classe de composition, confiée à Jacqueline Fontyn (1930) ;

décembre

  • Création du cours d’analyse musicale, dont Pierre Bartholomée (1937) est le premier titulaire

1972

octobre

  • Création du cours de psycho-pédagogie, confié à Huguette Leclercq (1938) et création d’un cours d’improvisation dramatique, confié à Pierre Laroche (1931)

1974

janvier

  • Eric Feldbusch (1922) succède à Camille Schmit comme directeur

1976

septembre

  • Valéry Afanassiev (1947) et Jean-Claude Vanden Eynden (1947) professeurs adjoints de piano

octobre

  • Ouverture d’une deuxième classe d’analyse musicale, confiée à Bernard Foccroulle (1953)

1977

décembre

  • Paul Raspé (1942) succède à Albert Vander Linden comme bibliothécaire

1983

octobre

  • Création du cours de flûte à bec, confié à Frédéric de Roos (1958)

1986

janvier

  • Le bâtiment de l’ancienne Union Coloniale, rue de Stassart, est mis à la disposition du Conservatoire pour y abriter le département Théâtre

1987

septembre

  • Jean Baily (1937) succède à Eric Feldbusch comme directeur

1988

octobre

  • Création du département Jazz et nomination des premiers professeurs : Guy Cabay, Bruno Castellucci, Michel Hatzigeorgiou, Steve Houben, Charles Loos, Arnould Massart, Paolo Radoni, Jean-Louis Rassinfosse et Richard Rousselet

1992

janvier

  • Le Musée instrumental est détaché du Conservatoire pour être rattaché aux Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles, dont il devient le quatrième département

1999

mai

  • Décret sur le classement des conservatoires royaux dans l’enseignement supérieur

2000

janvier

  • La bibliothèque contribue de manière très importante à l’exposition "L’Opéra. Un chant d’étoiles" organisée au Théâtre Royal de la Monnaie dans le cadre de Bruxelles 2000 capitale culturelle européenne

2002

septembre

  • Entrée en vigueur de la nouvelle structure : l’enseignement artistique supérieur devient l’enseignement supérieur artistique. De nombreux cours généraux sont créés

janvier

  • L’ancien athénée de la ville de Bruxelles (Athénée Jules Bordet, rue du chêne 17) est mis à la disposition du Conservatoire

2003

janvier

  • Frédéric de Roos (1958) directeur du Conservatoire

2004

septembre

  • Entrée en vigueur de la nouvelle "nouvelle structure", dite "de Bologne"

2007

janvier

  • De 2007 à 2014 : création de plusieurs disciplines dans le département Musique ancienne : luth, hautbois baroque, traverso, violoncelle…

2014

septembre

  • Entrée en vigueur du décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles, dit "Paysage", qui réforme en profondeur le fonctionnement de l’enseignement supérieur